Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 00:10
du LABRADOR




L'une des maladies hériditaires dont peut souffir le labrador est la

DYSPLASIE DE LA HANCHE OU DYSPLASIE COXO-FEMORAL

La dysplasie de la hanche ou dysplasie coxo-fémorale est une malformation de l'articulation de la hanche susceptible de se déclarer au cours de la croissance de n'importe quel chiot , et de façon plus symptomatique dans les races lourdes à croissance rapide.

Chanel en position de la grenouille


Position dîte de la grenouille est un signe notoire d'absence de dysplasie


Ses manifestations et symptômes


A quoi,  peut-on "repérer" les signes avant coureurs de la dysplasie ?


- Croupe à tendance carrée
- Saillie des hanches
- Boiteries, sautillements, déhanchement, roulement
- Troubles locomoteurs
- Douleur
- Membres fortement engagés sous le corps
- Ou au contraire, forte hyperextension vers l’arrière
- Échappées au moment du tourner
- Arrêt dans les grands efforts
- Refus des obstacles (le toucher des membres postérieurs au passage de la barrière est reconnu comme un premier signe).


Chez le jeune chiot :


On constate une démarche chaloupée, dandinante sur les postérieurs, parfois des boiteries à la suite de saut ou d'effort plus intenses et dues à l'instabilité de l'articulation, les premières douleurs peuvent déjà être mises en évidences par l'hyper extension forcée. L'animal s'assied et se couche le plus souvent sur le côté, rarement en sphinx. Après 6 mois des boiteries plus fortes et plus fréquentes peuvent apparaître sur un ou les deux membres.
La dysplasie est le plus souvent bilatérale (jusqu'à 90% pour certains auteurs).


Jusqu'à un an :


les douleurs occasionnent des boiteries unilatérales ou bilatérales en fonction de l'atteinte. Le chien montre un début d'ankylose et une réticence à l'effort, souvent le train arrière est amaigri et le bassin anguleux.

Chez l'adulte :

Ces troubles locomoteurs peuvent disparaître après quelques mois et ne réapparaître que tardivement avec le développement de phénomènes arthrosiques (compilations systématiques sur toute articulation qui ne travaille pas normalement).
Là encore, certains chiens semblent bien supporter des lésions dysplasiques et arthrosiques graves.
De nombreux vétérinaires ont certainement été surpris de découvrir des lésions graves de dysplasie avec forte coxarthrose chez des chiens âgés radiographiés pour d'autres raisons alors que les propriétaires confirment l'absence de boiterie pendant toute la vie de leur chien.

Le chien vieillissant :

les signes d'arthrose apparaissent et il peut se remettre à boiter surtout après un effort. Il peut, si les lésions sont importantes, boiter en continu dans les dernières années de sa vie. Il restera néanmoins toujours capable de se lever, l'arthrose n'a jamais paralysé un chien !




Quel sont les facteurs environnementaux favorable ?

L'alimentation pendant la période de croissance du chiot joue un rôle indiscutable et prépondérant. Deux mécanismes complémentaires ont été clairement mis en évidence. Une alimentation trop calorique et un excès d'apports en calcium. L'alimentation trop riche induit une accélération du rythme de croissance qui semble bien plus néfaste pour la hanche que la surcharge pondérale que cette alimentation trop riche induit. Des apports excessifs en calcium ont également été clairement mis en cause et leurs effets sont d'autant plus net qu'ils sont associés à une alimentation trop riche.


La race joue également un rôle indéniable. Le facteur racial s'exprime au travers de l'angle entre l'axe des membres postérieurs et la colonne vertébrale ainsi que par le degré de développement des muscles fessiers et plus précisément, leur masse relative  par rapport à la masse corporelle totale.  Ces deux facteurs sont certes en partie déterminés par les facteurs exercice physique et alimentation mais aussi, en tant que caractéristique d'une race donnée, par des facteurs génétiques différents de ceux impliqués dans le déterminisme de la dysplasie. Ce dernier point est actuellement retenu pour expliquer l'absence de dysplasie chez les différentes races de lévrier qui présentent tous une masse des muscles fessiers importante pour une masse corporelle totale faible.


L'exercice physique a toujours été montré du doigt. Or aucune étude précise n'a jamais été réalisée sur ce point et son influence peut se discuter. Au vu de ce qui a té dit plus haut, un minimum d'exercice physique est nécessaire à l'obtention d'un bon développement musculaire notamment au niveau des muscles fessiers. Il reste cependant raisonnable d'éviter pendant la période de croissance tout effort forcé et prolongé, la montée et descente des escaliers et les sauts.Bon sens et juste mesure sont donc de règle en ce domaine.


Comment la soigner ?

Le meilleur moyen est la nage ou l'hydrothérapie. Faire au moins une heure de nage quotidienne à votre chien

Pour en savoir plus sur la dysplasie de la hanche ici

A SUIVRE LES AUTRES MALADIES HERIDITAIRES DU LABRADORS





Extrait du site du RCF

Partager cet article

Repost0

commentaires

iloane 24/08/2009 12:54

sacré pansement tout de même !!!

cat 15/11/2008 23:49

éviter de prendre le chiot par les pattes avant pour le lever .en plus de ce que tu as signalé, c'est ce qui nous a été dit pendant les cours pour chiens d'assistance .encore un très bon reportage !

Emgie 15/11/2008 19:33

Eh bien, je ne savais pas que la position de la grenouille pouvait être un signe d'absence de dysplasie, merci pour l'info ! Mon premier chien, croisé labrador noir exceptionnel, se couchait souvent de cette manière...A bientôt et bises à vous quatre.

Talant 15/11/2008 14:01

Coucou Houba Bisous du jour tendresse.....

marie 15/11/2008 13:07

Bravo Anne !Il va falloir que je m'y interresse plus parce qu'en ce moment, je suis plus calée comportement que virus et maladies héréditaires, ou encore de la génétique !!! lolBisesMarie et ses labradors

Aventures de Labradors


Voici l'histoire de trois labradors très sympathiques !!!

Radio Lab

 

Episodes Manqués ?